Les premiers préparatifs – IEF 2017/2018

Après une petite pause nécessaire pour discuter avec les pirates du projet pédagogique de l’année 2017/2018, me revoilà !

Alors, déjà, plusieurs changements à l’horizon : tout d’abord, le petit pirate a pris sa décision : le CE1, ce sera à la maison, comme ses frères. Il veut bien terminer son année de CP avec sa maîtresse (qui est top d’ailleurs) puis il prendra lui aussi le chemin de l’école à la maison.

Ensuite après une looongue discussion avec Papa pirate et les garçons, nous avons décidé de nous passer de CPC. J’ai eu un peu peur au début, mais après en avoir parlé avec d’autres parents IEF (sur les forums et page FB que je fréquente assidument depuis plusieurs semaines maintenant ^^), j’ai repris confiance et j’ai décidé de m’attaquer à la programmation de tout cela.

Comment va-t-on fonctionner ?

J’ai donc débuté par préparer notre calendrier 2017/2018. Ici, nous avons choisi de suivre le rythme des vacances officielles afin de permettre aux garçons de continuer à aller pratiquer leurs activités avec leurs copains à « L’espace Jeunes » pour les grands et à la « Maison de l’enfance » pour le petit (deux catégories d’âge d’une même association qui encadre les jeunes lors de nombreuses activités sportives et culturelles, avec des animateurs au top !).

De plus, nous avons choisi de caler une semaine de révision toutes les 2 ou 3 semaines de « cours » afin de vérifier la durabilité des acquis au fur et à mesure de l’année. Cela nous fait donc 27 semaines de cours, 8 semaines de révisions avec une dernière semaine début juillet qui nous permettra de boucler tous les programmes sereinement.

Voilà ce que cela donne :

La prochaine étape est donc de parcourir tous les manuels (dont je vous parlerais dans mon prochain article) pour les grands et le petit afin de préparer la progression dans chaque matière.

Une fois cette étape terminée, je pourrais prévoir le travail à la semaine. Il y a encore du boulot, n’est-ce pas ?! Mais j’y crois, je suis motivée et, maintenant que je sais où je vais et que j’ai trouvé comment m’organiser, cela va aller tout seul ! Je viendrais vous montrer cela au fur et à mesure de mes avancés !

 

Et vous, avez-vous déjà choisi les manuels pour vos enfants ? Avez-vous élaborer vos programmes ? Quel est votre type de fonctionnement ? N’hésitez pas me laisser un petit commentaire pour qu’on puisse en discuter 😉

 

Enregistrer

Enregistrer

Les différents modèles d’instruction en dehors de l’école.

Si vous vous intéressez un peu (ou beaucoup) à l’IEF, vous aurez certainement déjà entendu parler d’unschooling, de noschooloing ou autres termes du même style.

Je vais tenter ici de vous faire un point rapide sur les 3 façons principales d’envisager l’école en dehors du système traditionnel.

Tout d’abord, vous trouverez le homeschooling (ou école à la maison), c’est ce que nous avons choisi de pratiquer. Ici, on garde les matières du programme scolaire de l’EN (Éducation Nationale) en s’appuyant sur un cours par correspondance, mais on modifie la façon d’apprendre (pédagogie Freinet, Montessori, Mason…), on ajoute des activités liées au programme (notebook, lapbook, activités extérieures…) on suit le rythme d’apprentissage de l’enfant.

Ensuite, vous trouverez la déscolarisation. Ici, on s’éloigne un peu plus de l’école. On change les matières, on ajoute des choses, on enseigne de manière différente. On remet plus en cause les objectifs mêmes de l’école.

Pour finir, vous trouverez le unschooling (ou ascolarisation, en français !). Ici, on ne garde rien, la remise en cause du système est complète. On enseigne d’autres choses et autrement sans prendre en compte les objectifs de l’école (et du fameux socle commun de connaissance dont je vous parlerais très vite).

Cependant, il y a un point comment à ces 3 types d’instructions : les apprentissages informels ! Le but est d’expérimenté, de passer par la pratique avant de s’attaquer à la théorie, ce qui n’est jamais le cas à l’école ! L’apprentissage informel permet d’étudier un thème (le plus souvent initié par l’enfant) de toutes les façons possibles et, dans le cas du homeschooling, de finir par approcher la pratique à une matière au programme. C’est prouvé, on retient mieux quelque chose que l’on a expérimenté !

L’autre avantage indéniable des apprentissages informels est  qu’ils permettent de ne jamais se lasser ! En effet, les journées, les semaines et les mois ne se passe pas en restant assis sur une chaise devant un tableau et un professeur. On sort, on voit des choses, on rencontres des personnes différentes au fil du temps… C’est ce qui est vraiment génial dans le principe même de l’école à la maison !

Et vous, quelle type d’instruction pratiquez-vous avec vos enfants ? Et pourquoi avez-vous choisi cette option ? N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ci-dessous.

 

Enregistrer

Enregistrer

L’aventure commence !

Bonjour à tous !

Maman de 3 garçons, je me questionne depuis longtemps sur les performances de l’école traditionnelle et sur sa capacité à accompagner nos enfants dans leur évolution.

Ces deux dernières années, nous avons rencontré pas mal de problème avec notre aîné, Max. En effet, depuis son entrée en 6ème, son niveau scolaire s’est effondré, malgré un changement d’établissement à l’entrée en 5ème… Max ne travaille plus, se disperse, s’ennuie…

Bien sûr, nous avons rencontré les enseignants, CPE, directeurs d’établissements et tous nous disent la même chose : Max à un problème ! Dyslexique ? Hyperactif ? Caractériel ? Non… Rien de tout cela. Mais en effet, Max à un problème : il ne trouve pas sa place dans son école, dans sa classe…

On a longtemps tenté de l’expliquer aux différentes équipes pédagogiques, mais elles ne se remettent jamais en cause, même pas un tout petit peu… Le problème, c’est Max, il doit changer, s’intégrer, faire des efforts…

Lassés de voir notre enfant en souffrance, nous avons cherché d’autres solutions… Et j’ai découvert la possibilité de faire l’école à la maison à mes enfants ! Une révélation ! C’était possible, mais le chemin serait certainement long. La première chose que j’ai faite, c’est d’en parler avec le papa de mes 3 monstres. Questionnements, recherches d’informations, etc. Je lui ai donné tous mes arguments, expliqué tous les possibles et, après réflexion, il a compris ma démarche et a accepter de s’investir lui aussi dans cette nouvelle aventure ! On allait le faire ! L’école chez nous allait commencer !

La décision est prise, à la rentrée prochaine (2017/2018) mes deux plus grands (Max, 12 ans et Théo, 11 ans) ne retourneront pas au collège. Seul le petit dernier (Jamie, 6 ans) veut continuer sa scolarité dans son école primaire, et nous respectons son choix.

Je vous parlerais très prochainement de l’étape qui a suivi la prise de décision entre parents : la discussion avec les enfants

À très vite !